Puissance pompe à chaleur

Jusqu’à 90% de vos travaux pris en charge

Gratuit, immédiat et sans engagement. Demande en 2 min

Comment calculer la puissance d’une pompe à chaleur (PAC) ?

Pour calculer la puissance d’une pompe à chaleur, il suffit d’effectuer ce calcul : P = V x C x T. Les critères à prendre en compte sont le volume global du logement (m³), son niveau d’isolation (coefficient de construction), sa zone climatique (°C) ainsi que les besoins en chauffage des habitants du logement.

Vos travaux financés jusqu’à 90%

Gratuit, immédiat et sans engagement. Demande en 2 min

Comment calculer la puissance d’une pompe à chaleur (PAC) ?

: l’essentiel

Calcul de la puissance d’une PACP = V x C x T
Critères pour choisir sa puissance de PACVolume du logement, son niveau d’isolation,
sa zone climatique, les besoins de ses habitants
Risques PAC d’un mauvais dimensionnementPannes, casses, pertes d’argent

Comment calculer la puissance idéale pour sa pompe à chaleur ?

Trouver la puissance idéale pour sa PAC nécessite d’accomplir le calcul suivant :

P = V (en m³) x C (en W/(m³.°C)) x T (en °C)

ou

Puissance = Volume à chauffer (en m³) x Coefficient de construction (en W/(m³.°C)) x la différence de Température (°C) entre celle souhaitée à l’intérieur et la température extérieure de base

Les critères à prendre en compte dans le choix de sa puissance de PAC

Les critères à prendre en compte pour sa puissance de PAC sont donc le volume global du logement, son niveau d’isolation, sa zone climatique ainsi que les besoins de ses habitants. 

1. Le volume global du logement

Une pompe à chaleur est responsable de la chauffe de l’entièreté du logement et il est donc essentiel d’intégrer le volume global dans le calcul de sa puissance.

Comment est calculé le volume d’une maison ?

Le Volume (en m³) d’une maison est obtenu en multipliant la Superficie au sol (en m²) par la Hauteur sous plafond (en m).

V = S x H

Par exemple, pour un logement de 120m² avec une hauteur sous plafond de 2,50m, le calcul sera : 120 x 2,50 = 300m³

2. Le niveau d’isolation du logement

Le niveau d’isolation du logement détermine le coefficient de construction. Il est primordial de le connaître car il va déterminer les déperditions de chaleur du logement et ainsi permettre d’adapter la puissance à celles-ci.

Qu’est-ce que le coefficient de construction d’un logement ?

Le coefficient de construction est indiqué lors du bilan thermique (aussi appelé DPE : Diagnostic de Performance Énergétique) du logement réalisé par un professionnel RGE.

Niveau d’isolationCoefficient de construction
Normes RT20120,7
Normes RT20050,75
Normes RT20000,85
Bien isolé1,1
Mal isolé1,3
Très mal isolée1,6

Ces déperditions représentent une perte de chaleur au sein du logement qui doit être compensée par plus ou moins de puissance supplémentaire pour permettre un niveau de chauffe stable.

Une PAC ne doit pas être installée dans un logement très mal isolé

Une pompe à chaleur n’est pas adaptée aux logements très mal isolés. En effet, elle ne réussira jamais à atteindre un palier de chauffe acceptable pour les habitants puisque les déperditions seront trop conséquentes. La PAC fonctionnera en continu et des pannes prématurées finiront par se manifester.

3. La zone climatique du logement

La zone climatique est importante car, en fonction des températures extérieures, le niveau de chauffe du logement devra être plus ou moins élevé. 

Par exemple, dans un climat aux températures douces et tempérées l’hiver, la puissance de la PAC n’aura pas besoin d’être élevée (environ 5kW). Dans le cas de températures très froides en période hivernale, il est préférable d’investir dans une puissance plus conséquente (plus de 10kW).

Il existe trois zones climatiques différentes en France :

carte de france en fonction des besoins énergétiques (climat froid tempéré chaud)

❄️ H1 (climat froid) : -9°C
⛅️ H2 (climat tempéré) : -6°C
☀️ H3 (climat chaud) : -3°C

4. Les besoins des habitants du logement

La résistance aux températures froides, le confort thermique global ou le besoin d’une chauffe rapide et importante : voici autant de besoins potentiels des habitants d’un même logement. Chacun d’entre eux doit être pris en considération et la puissance doit leur être adaptée.

Simulations et calcul de la puissance de PAC idéale selon différents contextes

Logement de 120m² à Paris avec hauteur sous plafond de 2,70m

Volume324m³
Coefficient de construction0,7 (Normes RT2012)
T° intérieure20°C
Zone climatique-9°C (H1)

La puissance de la pompe à chaleur devra être d’au moins 6,6kW.

Logement de 150m² à Marseille avec hauteur sous plafond de 2,50m

Volume375m³
Coefficient de construction1,1 (Bien isolé)
T° intérieure21°C
Zone climatique-3°C (H3)

La puissance de la pompe à chaleur devra être d’au moins 9,9kW.

Logement de 200m² à Lyon avec hauteur sous plafond de 3m

Volume600m³
Coefficient de construction1,3 (Mal isolé)
T° intérieure19°C
Zone climatique-9°C (H1)

La puissance de la pompe à chaleur devra être d’au moins 21,9kW.

Pourquoi est-il important de bien calculer la puissance de sa PAC ?

Bien calculer la puissance de PAC permet d’économiser de l’énergie et d’adoucir la facture d’électricité. Cela permet aussi d’apprécier un confort thermique d’un degré supérieur ou encore de maximiser la durée de vie de sa pompe à chaleur.

1. Les conséquences d’un surdimensionnement de PAC

Un surdimensionnement de pompe à chaleur entraîne une fatigue de l’appareil et plus particulièrement du compresseur

Atteignant beaucoup trop rapidement son objectif de chauffe à l’automne et au printemps en raison des températures douces, la PAC fonctionnera par à-coups, se mettant en marche et en pause trop rapidement. Ce fonctionnement risque d’endommager le compresseur de la PAC nécessitant réparations et dépenses supplémentaires.

2. Les conséquences d’un sous-dimensionnement de PAC

Un sous-dimensionnement de pompe à chaleur entraîne une surconsommation de l’électricité l’alimentant car la PAC fonctionne en continu sans pouvoir atteindre son objectif de chauffe. Elle tourne pour ainsi dire dans le vide, incapable de satisfaire les besoins des habitants. 

En plus d’une perte d’argent, cela peut raccourcir la durée de vie de la PAC et potentiellement engendrer pannes et casses prématurées.

Comment calculer la puissance d’une PAC lorsque l’on possède une chaudière en relève de PAC ?

Une chaudière en relève de PAC est un système bivalent consistant en la pose de deux systèmes de chauffage, l’un principal et l’autre en appoint, ce dernier se mettant en marche lorsque le premier n’est plus assez puissant pour assumer la chauffe du logement (lors d’un hiver assez dur par exemple).

Lorsque l’on a une chaudière en relève de PAC, cette dernière doit avoir une puissance capable de subvenir à 80% des besoins totaux des habitants. Le reste est pris en charge par le second système.

Vos travaux financés jusqu’à 90%

Gratuit, immédiat et sans engagement. Demande en 2 min

Foire aux questions

Laisser un commentaire

Vous êtes ici :