Rendement pompe à chaleur

Jusqu’à 90% de vos travaux pris en charge

Gratuit, immédiat et sans engagement. Demande en 2 min

Efficacité pompe à chaleur (PAC) air-eau

L’efficacité d’une pompe à chaleur air-eau est déterminée en fonction de son coefficient de performance (COP) mais aussi du COP saisonnier (SCOP). Ces deux coefficients varient selon la température extérieure, l’emplacement de l’unité extérieure ou encore les émetteurs.

Vos travaux financés jusqu’à 90%

Gratuit, immédiat et sans engagement. Demande en 2 min

Efficacité pompe à chaleur (PAC) air-eau

: l’essentiel

COP moyen PAC air-eau3
SCOP moyen PAC air-eau4.3 soit A+
Alternatives à la PAC air-eauPAC air-air, eau-eau, sol-eau

Est-ce qu’une pompe à chaleur air-eau est efficace ?

Disposant d’un coefficient de performance (COP) généralement supérieur à 3 la pompe à chaleur air-eau est plutôt efficace en termes de performance et d’économies.

Elle peut être installée dans tous les types d’habitation (appartement, maison ancienne, etc.) et elle existe en modèle réversible, une option utile pour rafraîchir le logement durant l’été.

Type de PACEfficacitéCapte les caloriesPrix moyen
Air-airMoyenne à bonneAir extérieur5.000 à 10.000€
Air-eauBonneAir extérieur7.000 à 15.000€
Eau-eauTrès bonneDes tuyaux-capteurs installés jusqu’à la nappe phréatique10.000 à 20.000€ selon les capteurs et le nbrs de forages
Sol-eauTrès bonneDes capteurs enterrés dans le sol (énergie géothermique)10.000 à 20.000€ selon les capteurs et le nbrs de forages
Comparaison avec les autres pompes à chaleur

Quand est-ce que la PAC air-eau perd en efficacité ?

Puisant ses calories dans l’air, le rendement de la PAC air-eau diminue lorsque la température extérieure baisse. Elle nécessite plus de puissance électrique et consomme plus d’électricité dans cette situation.

Coefficient de performance (COP) d’une PAC air-eau

Le coefficient de performance (COP) indique la quantité thermique produite par la PAC par rapport à l’énergie électrique qu’elle consomme, pour une température donnée de 7°C.

Par exemple, une pompe à chaleur ayant un COP de 4 peut produire 4kWh de chauffage en consommant 1kWh d’électricité. Une PAC air-eau possède un COP moyen compris entre 2,5 et 3.

Le COP varie en fonction du modèle de pompe à chaleur, de ses caractéristiques (réversible, eau chaude sanitaire) ou encore de la puissance délivrée. Le COP ne prend pas en compte les variations de température extérieure.

Le coefficient de performance (COP) idéal pour sa PAC air-eau

Le COP idéal pour une pompe à chaleur air-eau doit être supérieur à 3. Toutefois, en fonction du contexte, le COP varie. Dans le cas d’une mauvaise isolation du logement, il faut viser un COP minimum de 4,5.

Selon la zone climatique, plus les variations de température entre l’intérieur et l’extérieur sont importantes, plus il faut un COP élevé. Ainsi, pour une zone climatique très froide, un COP de 3 ne sera pas suffisant.

Comparaisons : COP PAC air-eau et COP des autres types de PAC

Le coefficient de performance est un critère important lors de la sélection du type de pompe à chaleur. Il permet de s’assurer que la pompe à chaleur choisie sera assez performante pour le logement.

pac air air icon

PAC Air – Air

pac air eau icon

PAC Air – Eau

pac geoothermique icon

PAC Géothermique

pac hydrothermique icon

PAC Eau – Eau

pac solarothermique icon

PAC Solarothermique

1. Efficacité : COP d’une PAC air-eau et COP d’une PAC air-air

Le COP moyen d’une PAC air-eau est compris entre 2,5 et 3 tandis que celui d’une PAC air-air est compris entre 2 et 2,5. Cette petite différence s’explique par le fait que la PAC air-air est généralement moins puissante que la PAC air-eau.

2. Efficacité : COP d’une PAC air-eau et COP d’une PAC eau-eau

Le COP moyen annuel d’une PAC eau-eau est compris entre 4 et 5. Cette différence s’explique par le fait que la PAC air-eau capte les calories dans l’air, alors que la PAC eau-eau les puise en profondeur dans les nappes phréatiques, là où la température reste constante toute l’année, entre 10 et 15°C.

Coefficient de performance saisonnier (SCOP) d’une PAC air-eau

Le coefficient de performance saisonnière (SCOP) est calculé sur toute une saison de chauffe. Il représente donc les performances réelles de la PAC en fonction des variations de température notamment, à la différence du COP. Il est plus précis.

1. Le coefficient de performance saisonnier (SCOP) idéal pour sa PAC air-eau

Le SCOP idéal d’une pompe à chaleur air-eau doit être supérieur à 3,9. Comme pour le COP, si le logement est mal isolé ou situé dans une région de grand froid, il faudra prévoir un SCOP plus important et donc une PAC plus puissante pour faire face aux baisses de température.

Comparaisons : SCOP PAC air-eau et SCOP des autres types de PAC

1. Efficacité : SCOP d’une PAC air-eau et SCOP d’une PAC air-air

Le SCOP d’une PAC air-air est généralement de 3.9 (A+), contre 4.3 (A+) pour une PAC air-eau. La PAC air-air ne dépend que de la température extérieure, car toutes les calories captées proviennent de ce milieu extérieur.

De son côté, la PAC air-eau se repose sur l’eau qui, une fois chauffée, alimente les radiateurs ou le plancher chauffant du logement. Elle sera donc plus performante qu’une PAC air-air face aux variations de température.

2. Efficacité : SCOP d’une PAC air-eau et SCOP d’une PAC eau-eau

Le SCOP d’une PAC eau-eau est plus élevé que celui d’une PAC air-eau. Il est de 5, soit une étiquette énergétique A+++.

Cette différence tient au fait que la PAC eau-eau est moins soumise aux variations de température extérieure, car elle puise ses calories dans le sol ou l’eau des nappes phréatiques, plus chaude et plus fiable que l’air extérieur dans une année.

Est-il possible d’améliorer l’efficacité de sa pompe à chaleur air-eau ?

L’efficacité de la pompe à chaleur air-eau peut s’améliorer en mettant l’accent sur certains critères comme l’isolation du logement, l’emplacement de l’unité extérieur ou encore la possibilité de la coupler à un chauffage d’appoint.

maison picto

La surface à chauffer

persoones sur un canapé picto

Le nombre de personnes habitant dans le logement

billets picto

Les habitudes de consommation

isolation du sol picto

La qualité de l’isolation

salle de bain picto

Le nombre de salles d’eau

zone geographique picto

La zone climatique

1. Le logement doit posséder une bonne isolation

Plus le logement est bien isolé, moins il laisse passer la chaleur. Ainsi, l’énergie que produit la PAC n’est pas inutilement utilisée. Avant d’installer un système de chauffage, il est conseillé de procéder à une meilleure isolation du logement.

Celle-ci passe par l’isolation de la toiture et des combles, des murs ou encore des planchers.

2. Les émetteurs de chaleur doivent être efficaces

Les émetteurs de chaleur principaux d’une pompe à chaleur air-eau sont le plancher chauffant, le radiateur haute ou basse température et le ventilo-convecteur réversible. L’efficacité énergétique de ces émetteurs dépend du type de pompe à chaleur air-eau, basse ou haute température.

Par exemple, pour une pompe à chaleur basse température, le plancher chauffant apporte un confort thermique uniforme. Le radiateur basse température permet de réduire de 30% la facture d’énergie. Le ventilo-convecteur réversible à eau atteint rapidement la température souhaitée.

3. La PAC air-eau peut être couplée à un chauffage d’appoint

Dans les régions froides, ou en période hivernale, coupler la PAC air-eau avec un chauffage d’appoint réduit la consommation d’énergie de la pompe à chaleur air-eau dont la puissance diminue.

La PAC air-eau peut ainsi être couplée à un poêle à bois, le chauffage d’appoint le plus économique, ou encore à un radiateur électrique. L’idéal est de favoriser un chauffage d’appoint écologique et peu gourmand en énergie.

4. L’emplacement de l’unité extérieure de PAC air-eau doit être bien choisi

L’orientation de l’unité extérieure est primordiale. Cette dernière doit être protégée du vent et installée avec un peu d’espace entre le mur pour respirer.

Par ailleurs, il est conseillé d’installer un caisson antibruit si l’unité extérieure émet un bruit gênant les voisins ou un toit de protection contre les feuilles et détritus qui pourraient obstruer le système d’aération.

représentation d’un toit de protection pac fixé au mur

Toit de protection fixé sur le mur

représentation d’un toit de protection posé sur la pac

Toit de protection fixé sur la pompe à chaleur

Vos travaux financés jusqu’à 90%

Gratuit, immédiat et sans engagement. Demande en 2 min

Foire aux questions

Laisser un commentaire

Vous êtes ici :