Marché énergie

Consommation par habitant et par ville d’électricité en France

L’électricité représente 25% de la consommation énergétique en France. Elle s’élève à 2.223kWh par personne et par an. À partir des données publiées par l’agence ORE (Opérateurs de Réseaux d’Energie), d’Enedis et de l’Insee pour les données sur la population française, il est possible d’établir une infographie de l’électricité en France pour comprendre pourquoi on consomme plus dans certaines régions en France.

Consommation par habitant et par ville d’électricité en France

: l’essentiel

Consommation d’électricité par habitant2.223kWh/an
Les villes qui consomment le plus en FranceAix-en-Provence, Bordeaux, Nice
Les villes qui consomment le moins en FranceSaint-Étienne, Rennes, Mulhouse

⚡️ Suite JT de 20h TF1 : Informations complémentaires

Cette étude a fait l’objet d’un sujet complet au JT de TF1 à 20h : TF1 Info
Elle a par ailleurs été reprise par BFM TV : Vidéo BFM TV ainsi que de nombreux sites d’actualités : Data Gouv, Le Figaro, Actu.fr, le Telegramme, MidiLibre, SudOuest, Le Journal du Net, ENEDIS, Boursorama, Lebonbon, etc…

🎯 Nos conclusions : Cette disparité peut être liée à une électrification des usages qui varie d’une ville et/ou d’une région à l’autre, ainsi qu’à des investissements dans les solutions d’isolation plus ou moins élevés (grâce au dispositif MaPrimeRenov’).

💡À noter : Concernant l’électrification des usages que certaines villes ont des usages du fioul et du gaz encore importants ce qui réduit leur consommation d’électricité par habitant.

🚀 Ce qu’il faut anticiper : Les actions du gouvernement en terme de renouvellement d’équipements incitent à se tourner vers des équipements de plus en plus électriques. Il faut donc prévoir dans les années à venir une part plus importante de l’électricité dans notre consommation d’énergie versus les énergies fossiles (fioul, gaz, charbon…). Ce constat nous oblige à anticiper un accroissement de la consommation et donc de la production d’électricité qui nous sera nécessaire.

Le top trois des villes qui consomment le plus ?

Les trois villes qui consomment le plus en France sont Aix-en-Provence, Bordeaux et Nice. Situées dans des régions aux hivers doux, ce résultat a de quoi surprendre. On consomme en effet davantage en hiver quand les températures sont au plus bas. Mais c’est sans compter les étés chauds. Lorsque les températures grimpent trop, les particuliers enclenchent la climatisation ou la ventilation.

Or, les études montrent que 1°C de plus entraîne une hausse de consommation de 500MW. Ainsi lors des pics d’été, la consommation s’élève à 12.3kWh par habitant, soit 2 fois plus qu’en Île-de-France à la même saison.

la consommation d'électricité, en quelques chiffres

A contrario, les villes où l’on consomme le moins d’électricité sont Saint-Étienne (- 7°C en hiver), Rennes (ville très humide) et Mulhouse (climat semi-continental avec des chutes de neige fréquentes). Ce classement se vérifie à l’échelle de l’hexagone si l’on compare la consommation électrique par habitant dans plusieurs villes françaises :

VillesConsommation électrique en MWh/habitant
Fréjus (Var)3.15
Narbonne (Occitanie)2.77
La Rochelle (Nouvelle-Aquitaine)2.08
Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine)2.05
Paris (Île-de-France)1.82
Nancy (Grand Est)1.83
Lille (Hauts-de-France)1.87
Lyon (Rhône)1.73
Consommation électrique par habitant

Plusieurs hypothèses peuvent expliquer ces écarts de consommation. Si les régions les plus froides ne sont pas les plus grandes consommatrices d’électricité, c’est peut-être parce que dans le Nord, les particuliers utilisent encore leur vieille chaudière au fioul domestique.

En revanche, si les régions du Centre-Val de Loire et de Normandie ont consommé la plus grande quantité d’électricité en 2021, c’est parce qu’elles sont aussi les plus équipées en chaudières électriques.

La démographie jouerait aussi un rôle. En Occitanie par exemple, la population a augmenté de 10.3% entre 2006 et 2009 d’après l’Insee, ce qui justifierait une augmentation de la consommation de 9.5% sur la même période.

Enfin, les Français sont thermosensibles, ce qui expliquerait leur comportement de chauffe. Cela explique que plus les températures baissent, plus les Français ont tendance à augmenter la température du chauffage.

Le RTE (Réseau de transport d’électricité) estime d’ailleurs qu’une baisse de 1°C entraîne une hausse de consommation de 3,2% sur la période hivernale. Concrètement, cela correspond à une consommation supplémentaire de 24MW soit la consommation totale de Paris intra-muros.

Sensibilité aux variations du thermomètre

C’est dans les Hauts-de-France que l’on est plus sensible aux variations du thermomètre si l’on en croit les chiffres. En 2021, la consommation y a en effet augmenté de 7,3% sur l’année. Parallèlement, elle n’a augmenté que de 5,6% dans la région PACA.

L’écart de consommation entre le nord et le sud de la France dépend très certainement aussi de la qualité de l’isolation des logements. Un logement moins isolé souffre davantage de déperditions de chaleur, il faut donc chauffer davantage pour compenser cette perte. D’ailleurs, dans les villes où le nombre de logements BBC (Bâtiment basse consommation) construits selon la RT 2012 est important, les factures d’énergie sont beaucoup moins élevées.

Le type de logement importe plus que le nombre de personnes

Les données fournies par la Commission de régulation de l’Énergie ont servi de base de calcul à la consommation moyenne d’électricité par personne et par an dans le secteur résidentiel en France. Pour le troisième trimestre 2020, elle s’élève à 2240kWh, soit une moyenne de 6kWh par jour.

L’étude montre aussi qu’une personne supplémentaire dans un logement ne génère que 5 à 10% de consommation supplémentaire. En revanche, une pièce augmente la consommation électrique de 20%. Ce qui signifie que la consommation par personne n’est pas un critère suffisant.

En effet, plus que le nombre d’occupants dans un logement, c’est sa taille qui explique la consommation électrique (nombre de pièces à éclairer et à chauffer), le nombre d’équipements installés (électroménager, électronique…) et la qualité des équipements (étiquette A+++).

La consommation électrique est également à pondérer selon que le logement est tout électrique (avec chauffe-eau et chauffage) ou partiellement électrique (uniquement éclairage, électroménager, électronique). La consommation dépend ainsi des usages.

UsageConsommation
Chauffage27.6%
Ventilation1.7%
Éclairage5.6%
Cuisson7.8%
Eau chaude sanitaire12.9%
Multimédia et informatique13.6%
Froid et lavage18.6%
Répartition des usages en électricité (source ADEME, 2019)

S’agissant du chauffage, la consommation dépend d’un certain nombre de paramètres : la surface à chauffer, l’isolation thermique et les habitudes de chauffe (certains sont plus frileux que d’autres et ont besoin de monter la température).

Type d’installationSurface/nombre de personneConsommation
Tout électrique50m²/2personnes – 80m²/3 personnes5.261kWh – 13.292kWh
Partiellement électrique50m²/2personnes – 80m²/3 personnes1.669kWh – 2.092kWh
Exemples de consommation moyenne selon le type d’installation, la surface et le nombre de personnes

Le chauffage : poids lourd des dépenses

D’après l’ADEME, le chauffage représente 60% de la consommation électrique en France. Les statistiques du Ministère du Développement durable illustrent ces chiffres puisque 10 millions de logements étaient encore chauffés à l’électricité en 2018.

La performance des équipements joue donc un rôle important dans la consommation électrique. Des convecteurs, des radiateurs, une chaudière électrique ne consomment pas la même quantité d’énergie. Un radiateur à inertie par exemple est bien moins énergivore qu’un convecteur basique. Un logement équipé d’une pompe à chaleur ou de panneaux photovoltaïque fait baisser la facture d’énergie jusqu’à 80%.

Laisser un commentaire

Vous êtes ici :