La consommation d’électricité par habitant et par ville en France en 2021

Upenergie a mis à jour les données de son infographie sur la consommation d’électricité des habitants et des villes en France. Les chiffres publiés confirment, sur l’année 2021, les tendances observées par rapport à l’année précédente : les départements du nord sont encore bien moins consommateurs d’électricité que les départements du sud.

infographie ou consomme t on le plus delectricite en france en 2021

Quels sont les villes et les départements les plus consommateurs d’électricité en France ?

Selon notre infographie, qui se base notamment sur des données de l’INSEE, les villes les plus consommatrices d’électricité en France en 2021 restent Aix-en-Provence, Bordeaux et Nice. D’un point de vue général, toutes les régions du sud ont augmenté leur consommation, en particulier la Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine. 

Les villes et les régions du nord ont quant à elles su rester beaucoup plus stables et leur consommation d’électricité n’a pas beaucoup évolué entre 2020 et 2021. Saint-Denis, Rennes et Saint-Étienne composent le trio des villes les moins consommatrices d’électricité. 

Le nord-ouest possède néanmoins un certain nombre de départements qui ont connu une augmentation : la Haute-Vienne, Vienne ou encore le Maine-et-Loire ont tous vu leur consommation passer d’entre 2 et 2,5MWh à entre 2,5 et 3MWh.

Villes les plus consommatricesVilles les moins consommatrices
2020202120202021
Aix-en-ProvenceAix-en-ProvenceSaint-ÉtienneSaint-Denis
BordeauxBordeauxRennesRennes
NiceNiceMulhouseSaint-Étienne

Comment expliquer que le nord ait moins consommé d’électricité que le sud en 2021 ?

Il existe plusieurs raisons qui pourraient expliquer ces différences de consommation :

  1. L’énergie généralement utilisée pour chauffer et refroidir les logements n’est pas la même dans le nord et dans le sud
  2. La démographie influence la consommation d’électricité et approfondit les disparités de consommation d’électricité entre le nord et le sud
  3. L’isolation thermique des logements est d’un meilleur niveau dans le nord que dans le sud

1. Le chauffage et son mix énergétique hétérogène dans le nord et le sud de la France

Selon l’ADEME, l’utilisation du chauffage équivaut à plus de 60% de la consommation d’électricité en France. L’une des raisons qui expliqueraient que le nord soit moins énergivore en électricité est que son mix énergétique pour se chauffer est composé de bien moins d’électricité que celui des régions du sud. 

En effet, selon une étude de Butagaz et Synasav, les régions du nord sont bien plus équipées en équipement de chauffage fonctionnant au gaz naturel, là où le sud se repose bien plus sur des solutions fonctionnant à l’électricité.

Par exemple, les Hauts-de-France ou les Pays de la Loire ont une consommation énergétique équilibrée en matière de chauffage, avec un tiers de gaz naturel, un autre tiers de fioul, de GPL, de bois ou de charbon, et seulement un tiers d’électricité.

Or, dans le sud, des régions comme la Provence-Alpes-Côte d’Azur ou encore la Corse, quant à elles, possèdent un mix énergétique qui se compose à plus de 2 tiers d’électricité. Voilà qui pourrait expliquer, en partie, ces disparités en matière de consommation électrique.

2. La démographie et son rapport avec la consommation électrique en France

La démographie diverge grandement selon les régions françaises et cela se ressent dans la consommation d’électricité. Selon des chiffres de l’INSEE, le taux de croissance démographique par an des régions situées dans le sud, entre 2013 et 2019, a connu une très nette progression (0,5%) tandis que celui des régions du nord a stagné à 0%. 

Pour illustrer ce propos, prenons l’exemple de l’évolution démographique de l’Occitanie. Cette région a vu sa population grimper de 10,3% entre 2006 et 2009. Sur la même période, elle a connu une augmentation de la consommation électrique de 9,5%. La démographie est un facteur important à prendre en compte pour expliquer les disparités d’utilisation de l’électricité en France.

3. La qualité de l’isolation des logements dans le nord et le sud de la France

Une autre hypothèse avancée pour expliquer cette différence est le niveau d’isolation des logements dans le nord et le sud de la France.

En effet, une mauvaise isolation thermique peut engendrer une perte de chaleur (ou de fraîcheur) qui, lorsque l’occupant du logement veut maintenir une température confortable, peut causer une surconsommation d’énergie et une augmentation de la facture d’électricité.

Comment va évoluer la consommation électrique française d’ici 2050 ?

Selon un rapport de RTE, la France va devenir de plus en plus dépendante de l’énergie électrique au fil du temps. Concrètement, il est attendu une consommation électrique de 645TWh en 2050, soit +35% par rapport à aujourd’hui.

Ceci s’explique par les ambitions françaises en termes de nucléaire, par la transition écologique censée nous faire avancer vers les solutions du solaire, de l’éolien et de l’énergie marémotrice ou encore par les enjeux politiques et notamment la guerre en Ukraine qui empêche aujourd’hui la France d’accéder au gaz russe. L’électricité permettrait ainsi aux Français d’être moins dépendants des autres pays en matière d’énergie.

Ces mesures vont naturellement balancer les différences de consommation électrique françaises. Tout cela combiné à une meilleure efficacité énergétique des bâtiments du nord et du sud du pays, les disparités se feront ainsi moins ressentir (même si la démographie jouera toujours son rôle).

Quelles seront les villes et régions concernées par les coupures d’électricité de janvier ?

Le grand froid attendu du mois de janvier couplé aux remises en production tardives de certaines centrales nucléaires EDF font craindre une succession de coupures de courant dans de nombreuses villes et régions françaises.

“On ne peut exclure la nécessité d’avoir ce qu’on appelle des délestages, c’est-à-dire des coupures ciblées.”

Emmanuelle Wargon, présidente de la Commission de régulation de l’énergie sur France Info

Selon Michel Fournier, le président de l’Association des maires ruraux de France, les grandes villes en ressortiraient plutôt épargnées, tandis que les territoires ruraux risqueraient d’être les plus impactés.

Le gouvernement a indiqué vouloir annoncer les éventuelles coupures d’électricité (ne dépassant pas plus de 2 heures) la veille à 17 heures sur l’application et le site internet Ecowatt. Or, les zones rurales ne sont pas les plus connectées du territoire. La communication serait donc le facteur essentiel puisqu’elle risque d’être beaucoup plus délicates dans les ruralités et plus petites villes.

Quelles sont les solutions pour éviter les coupures de courant ?

Selon le plan du gouvernement, la principale recommandation pour éviter les coupures de courant serait de baisser la consommation globale d’électricité de 10%.

Bonne nouvelle, les Français ont drastiquement réduits leur consommation (9%), notamment du fait de la hausse des prix de l’électricité ainsi que d’un effort collectif pour atteindre des comportements plus sobres énergétiquement parlant.