Marché énergie

Testez votre éligibilité

Gratuit, immédiat et sans engagement

Testez votre éligibilité

Gratuit, immédiat et sans engagement

Éolien et solaire : gain de 14 milliards d’euros pour l’État en 2021-2022

Alors que Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle de 2022, a fait le choix d’une sortie des énergies éoliennes et solaires si elle est élue, les représentants du secteur des énergies renouvelables ont pris la parole, dans une conférence de presse de France Énergie Éolienne (FEE), pour défendre le bilan de ces dernières.

Éolien et solaire : gain de 14 milliards d’euros pour l’État en 2021-2022

: l’essentiel

Énergies renouvelablesÉolien et solaire
Montant pour l’État14 milliards d’euros
Mesures de Marine Le PenSortie de l’éolien et du solaire
Mesures d’Emmanuel MacronRenforcement de l’éolien et du solaire

Pourquoi est-ce que l’État toucherait 14 milliards d’euros de la part des énergies renouvelables ?

Selon les représentants du secteur des énergies renouvelables, l’État devrait percevoir un peu plus de 14 milliards d’euros pour les années 2021 et 2022. Comment expliquer cette somme ?

Les EnR (énergies renouvelables) font partie d’un mécanisme d’achat et de réversion qui permet de soutenir leur production financièrement, lorsqu’ils en ont besoin.

Lorsque le prix du marché de l’électricité est :

  • Inférieur à un plafond de 90€/Mégawattheure : la différence est reversée par l’État aux producteurs d’EnR
  • Supérieur à un plafond de 90€/Mégawattheure : la différence est reversée par les producteurs d’EnR à l’État

Le plafond de 90€/Mégawattheure

Le plafond de 90€/Mégawattheure est fixé et établi par un contrat liant l’État aux producteurs d’énergies renouvelables. Il met en place le mécanisme d’achat et de réversion.

En 2021, le prix du marché de l’électricité en France s’est établi en moyenne à 109€/Mégawattheure. C’est la première fois, depuis sa mise en place, que le prix du marché est supérieur au plafond fixé dans ce contrat. La différence sera donc reversée par les producteurs d’EnR en direction de l’État.

Voilà comment s’explique la soudaine virtuosité économique que représentent les énergies renouvelables, et d’où provient cette somme de 14 milliards d’euros.

« Il faut rendre à César ce qui appartient à César : c’est grâce aux énergies renouvelables qu’on a réduit la facture des Français. ».

Jean-Yves Grandidier, président fondateur de Valorem, société spécialisée dans les installations productrices d’énergies renouvelables

Sortie de l’éolien et du solaire : Marine Le Pen

Qualifiant l’éolienne d’« horreurs qui nous coûtent une fortune », la candidate d’extrême droite ne tient donc pas l’énergie éolienne dans son cœur. C’est pour cela que son programme prévoit la mise en place d’un moratoire sur cette énergie ainsi que sur l’énergie solaire, deux solutions qui, selon elle, nous seraient imposées par le Green Deal européen et qui défavorisaient la vie des Français.

Concrètement, elle prévoit :

  • D’arrêter les chantiers en mer et sur terre de parcs éoliens
  • De démanteler progressivement tous les parcs éoliens actuels, aux frais des installateurs
  • De miser massivement sur l’hydroélectricité, l’hydrogène et le nucléaire (trois nouveaux réacteurs)

Renforcement de l’éolien et du solaire : Emmanuel Macron

Misant aussi bien sur le nucléaire que sur les énergies renouvelables, l’actuel président de la République ne tient pas le même discours que Marine Le Pen. Son programme prévoit une expansion du nombre actuel de parcs éoliens et solaires.

Concrètement, il prévoit : 

  • 50 parcs éoliens en mer d’ici 2050 : production de 40 gigawatts, l’équivalent de 20% de la consommation électrique en France
  • La multiplication par deux de la capacité de l’éolien terrestre
  • 40% d’électricité renouvelable à l’horizon 2030
  • La multiplication par dix de la puissance installée de l’énergie solaire : dépasser le seuil de 10 gigawatts

Laisser un commentaire

Vous êtes ici :